1 photographe en 10 questions

Comme chaque vendredi, je vous fais découvrir un photographe découvert sur Twitter et j’avoue que celui de cette semaine fait partie de ceux que je connais le moins. Ce photographe discret vous fait voyager grâce aux images qu’il rapporte de ses différents voyages à travers le monde. Ce qui est sûr, c’est que ses magnifiques photos donnent envie de partir loin. Je ne vous en dis pas plus et je vous laisse en compagnie de Didier Colin. Bonne lecture !

– Comment es-tu venu à la photo ?

Depuis toujours, la photo a été présente à la maison : mon père faisait des kodachrome (qu’on envoyait à Sevran dans leur petit sachet jaune et dont on attendait le retour avec impatience), mais comme beaucoup de gamins ma génération, j’ai vraiment découvert la photo via le labo au collège, avec la magie de l’image qui monte lentement dans son bain, et les odeurs des chimies qui aujourd’hui encore me ramènent systématiquement à cette période. Je me suis très vite acheté un 6×6 Lubitel, puis mon premier reflex est arrivé, négocié (d’aucuns diront escroqué…) avec mes parents en échange d’un très bon bulletin scolaire au lycée ! (quand la motivation est là …). C’est aussi à l’occasion de cet achat que j’ai découvert dans sa petite boutique de village un photographe talentueux et passionné de photo de nature qui m’a conforté dans mes envies naissantes.

– Couleur ou N&B ?

Au départ, noir et blanc, pour le labo (et le budget), puis ensuite, en parallèle, de la diapo. Depuis le numérique, presque exclusivement couleur.

– Péloche ou CF ?

Aujourd’hui, et depuis plus de 8 ans, CF exclusivement, même si j’ai toujours un OM-2 en état de marche et que parfois l’envie d’y remettre une pellicule et de repartir en maraude avec ce petit boîtier que j’adorais me reprend …

– APS-C ou Full Frame ? (Kodak ou Ilford si tu bosses en argentique)

APS-C car lors de l’achat de mon premier réflex numérique, le full frame était financièrement inaccessible ; et depuis, avec un parc d’optiques petit capteur qui s’est étoffé, le pas reste encore difficile à franchir, d’autant que je considère que le gap qualitatif entre un 7D et un 5D ne vaut pas un tel investissement – mais j’espère que la prochaine génération de full frame me fera changer d’avis ! (Et en argentique, c’était Ilford, bien sûr !)

– Focale fixe ou Zoom ?

Je ne suis pas sectaire : les deux ! Les zooms pour la compacité et le côté pratique, notamment en voyage, et les focales fixes pour des usages plus spécifiques ( macro, grande ouverture …)

– Une couleur,  jaune, rouge ou bleu ?

Rouge depuis 2005, mais là aussi pas de sectarisme : il a fallu faire un choix quand j’ai acheté mon premier reflex numérique, et maintenant, l’investissement pour en changer serait conséquent ! Mais comme pour le choix des optiques, je reste persuadé que la course à l’armement (sauf usage pointu, photographie de sport ou animalière par exemple) n’est pas une fin en soi et que la technique doit s’effacer derrière l’œil et la sensibilité du photographe.

– Pro ou amateur ?

Totalement et doublement amateur, d’abord parce que je n’ai pas l’ambition (ni la prétention) de vivre de mon œuvre photographique, mon métier ne m’en laisserait d’ailleurs pas le temps, mais aussi parce que en tant qu’amateur, au sens étymologique du mot, je ne fais que ce dont j’ai envie et quand j’en ai envie !

– Studio ou lumière du jour ?

Dans la mesure où je fais essentiellement de la photo de voyage, de paysages et de reportage, je fais avec la lumière que je trouve ! Et c’est justement là qu’est le plaisir et le challenge, puisque ce qui fait ces photos, par définition peu construites, c’est bien la lumière. Ce qui ne veut pas dire que je ne photographie qu’en début ou en fin de journée : avec un peu de chance et d’imagination, on fait de très bonnes images par temps couvert ou sous le soleil de midi.

– Quel style photo te caractérise le mieux ?

Comme je le disais, pour des raisons de disponibilité, je fais essentiellement des photos lors de mes voyages. J’essaie néanmoins de ne pas faire que de la carte postale : ces voyages ne sont pas uniquement l’occasion de découvrir de nouveaux paysages, mais aussi d’aborder des cultures, des civilisations et des modes de vie différents. Tous ces sujets sont aussi mes sources d’inspiration.

– Des projets ?

Tellement de projets, et si peu de temps …. Mon site web, qui depuis 2004, a l’ambition de publier une photo par jour, reflet de l’activité photographique de toute la famille, est entré depuis quelques temps en hibernation ; je dois le moderniser et le réalimenter. J’ai envie d’approfondir d’autres domaines, notamment le portrait. Et puis, comme je l’ai déjà dit, j’ai envie aussi de me remettre à l’argentique et au noir et blanc, ne serait-ce que pour m’assurer que c’est n’est pas juste par nostalgie ou par effet de mode !

© Didier Colin – Lever de soleil sous Mesa Arch

© Didier Colin – Sourire au marché ( Thaïlande )

Je remercie Didier d’avoir accepté cette interview et je vous laisse découvrir ses photos directement sur son site en cliquant ICI

7 notes + Add comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.