1ère manche de la Lamera Cup – 7 et 8 juillet 2012 au Castellet

Après quelques mois d’attente, me voici dans le train direction le sud de la France pour réaliser le reportage de la première manche de la Lamera Cup qui s’est déroulée le week-end dernier sur le circuit Paul Ricard au Castellet. J’avoue être vraiment impatient de voir rouler ces voitures et heureux d’être le photographe officiel. J’arrive donc vendredi vers 15h et là, l’accueil se fera sous une chaleur écrasante ! Il faut rappeler que je viens de Bretagne et qu’en ce moment on ne dépasse pas les 18° C. Bref ça s’annonce bien pour tout le week-end et d’un côté tant mieux d’avoir de la chaleur et un beau soleil. Hop je récupère mon pass et le cahier des charges qui s’est agrandi le temps du trajet mais d’un côté, comme c’est la première manche, il ne faut pas lésiner surtout que tout a été fait en grand…

Je retrouve l’équipe vidéo, on fait connaissance, on parle matos vu qu’ils bossent au 5D MkII (ça aide !!) et on attaque le boulot. Pour le vendredi après-midi, nous resterons dans la zone des paddocks histoire de se familiariser avec tout le monde parce que ça parait pas comme ça mais il y a beaucoup de monde, du moins sur le circuit car pas de public du tout (pas grave, c’est comme ça là-bas). Les premiers essais libres débutent, ça permet aussi de voir comment la voiture se comporte (pour info, c’est un nouveau concept donc il y aura des modifications à faire pour les prochaines manches). Ce qui est sûr, c’est qu’elle plaît cette Lamera et pas qu’un peu? il faut dire qu’elle a de la gueule !! Alors dites-moi Blandine et Wilfried, c’est pour quand le modèle de série ??

La Lamera Cup est lancée!!

Les essais s’enchaînent et les photos aussi, on nous laisse une des voitures pour faire des clichés statiques avec une superbe lumière de fin de journée et là je file chercher le 135mm ƒ/2. Le résultat est là avec une lumière impeccable, un super circuit et une belle voiture, difficile de se louper quand on a tout sous la main. Du pur bonheur ! La journée s’achève avec un bon repas et tout le monde rentre à l’hôtel. J’en profiterai pour faire un premier tri histoire d’être tranquille.

Préparation de la voiture pour les photos en statique

Patrice, le responsable vidéo en plein action…

La journée de samedi commence à 8h sous 29°C (ahhh le soleil du sud…) pour les essais libres le matin puis les essais qualificatifs l’après-midi. On profitera avec les deux cadreurs pour  prendre la voiture et faire le tour du circuit . On s’arrête sur une zone pour réaliser des clichés sous une lumière très dure et une chaleur écrasante. Ça roule bien, parfois moins avec quelques casses et autres têtes à queue mais dans l’ensemble nous avons de quoi travailler. En parlant travail, je peux vous assurer que les mécanos n’ont pas chômé du week-end, il faut vraiment avoir la caisse pour résister à la fatigue, au stress, et aux réparations de tout genre ! Un très grand respect pour ces personnes qui permettent aux pilotes de pouvoir rouler. La journée passe extrêmement vite, il fait toujours aussi chaud, je cours un peu partout pour couvrir un maximum de chose (paddocks, circuit, mécaniciens en action, l’ambiance, les pilotes, les portraits, briefing, les gens du circuit aussi avec les commissaires de course, les pompiers, etc…). Bref nous rentrons à l’hôtel vers 23h totalement crevés. Après une bonne douche, je ‘active sur le tri de la journée et extinction de feux vers 1h30.

Les essais libres se passent bien…

Parfois un peu moins…

Réglages précis, soudures, réparations diverses, les mécanos auront eu du boulot pendant tout le week-end…

Comme la veille, la journée débute à 8h00, certains mécaniciens auront travaillés toute la nuit pour réparer certaines voitures. Les pilotes sont un peu tendus, une course de 9h (avec une coupure d’une heure obligatoire à prendre entre 12h et 14h) va bientôt débuter. Pendant le dernier briefing, on me présente les Grid Girls, j’en profite pour faire quelques clichés des filles avant de leur expliquer les consignes. A partir de là tout va aller trop vite, la mise en grille des voitures a pris du retard donc pas simple de photographier les filles avec toutes les voitures et pilotes mais c’est mal me connaître car nous finirons par y arriver au pas de course !

Les pilotes se préparent…

Les Grid Girls aussi…

Les pilotes apprécient les Grid Girls…

Les pompiers aussi !!

Le départ est lancé, les premiers incidents mécaniques ne tarderont pas (quelques faiblesses de jeunesse qui seront résolues d’ici la prochaine manche). J’en profite pour tester le 70-300 L IS sur le circuit plutôt que de prendre le 70-200 ƒ/2.8 que nous ferons à pied avec l’un des cadreurs (bien content d’avoir emprunté cet objectif, compact et pas trop lourd vu les kilomètres que nous effectuerons pendant ce tour) toujours sous un soleil de plomb. J’avoue que l’optique s’en sort pas mal mais un 100-400mm L IS n’aurait pas été de refus surtout vu la lumière. Ceci-dit pouvant nous promener partout sauf sur quelques zones sensibles et dangereuses (ce qu’il me semble normal) ce 70-300 suffisait largement. J’avais tout de même embarqué sur moi le 135 (quand je vous dis qu’il ne me quitte pas celui-là !) pour certains clichés.

La course est lancée à toute vitesse…

Vitesse très surveillée à l’entrée des paddocks…

De retour dans les paddocks et sur la zone des camions et autres structures pour faire un peu de photos d’ambiance (pilotes, les familles, etc…). Je fais connaissances de pas mal de monde, des liens se créés, les pilotes qui commencent à se lâcher devant l’objectif à mon plus grand plaisir. Après une série de portraits, je continue sur le circuit jusqu’à l’arrivée et le drapeau à damier. Tout va très vite, on enchaîne directement sur le podium, le champagne gicle dans tous les sens, tout le monde est heureux et on m’annonce qu’il faut que je me dépêche pour ne pas louper le taxi. Du vrai non-stop quoi !!

Le changement de pilote…

On refait le plein…

Et on gagne !!

Etre au cœur de l’action avec les vainqueurs !!

La journée s’achève, mon train est là, je quitte déjà le sud mais je le quitte avec un énorme sourire, la peau brûlée par le soleil et l’envie d’être sur la prochaine manche…

J’espère que je vous ai bien mis dans l’ambiance du reportage. Une galerie sera bientôt disponible dans mon portfolio.

Retrouvez toutes les infos de la Lamera Cup en cliquant ICI

20 notes + Add comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.