Le Festival Cabourg Mon Amour

Le 17, 18 et 19 août 2012 derniers, j’ai couvert le festival Cabourg Mon Amour qui comme le nom l’indique, se déroulait à Cabourg. Après une demande d’accréditation, je file chez mon ami Maxime qui habite pas loin histoire de passer un week-end entre amis. Le festival regroupe le Kite-Surf, le SUP Paddle, le Beach Volley et surtout de la musique.

Le vendredi après-midi, direction la plage de Cabourg pour shooter du Kite-Surf. Hélas, il n’y a pas du tout de vent, la mer est basse et la chaleur écrasante ! Tant pis pour le kite, les gars restent à l’ombre des tentes de Slingshot et de notre côté, nous finissons par nous baigner (ce qui n’est pas désagréable). Bon ça commence bien ! Après la plage, nous rentrons nous changer et manger un morceau pour être paré à affronter les groupes. Trois groupes sont annoncés avec Joke (du rap), Rhum For Pauline (pop) et Hyphen Hyphen (electro-pop disco-punk !). Nous sommes dans la salle, nous attendons le début des festivités mais ça tarde à commencer. Alors pourquoi me direz-vous ? Tout simplement que le public boude l’événement ! Et oui nous devons être en gros une trentaine de personnes dans la salle alors que 400 personnes sont attendues.

Je ne vais pas pour autant faire la tête parce qu’il n’y a pas grand monde dans la salle, les groupes assurent leur set, Joke jouera plus longtemps que prévu. Je ne dis pas ça parce que je ne suis pas un grand fan de rap, c’était juste beaucoup trop long…

Marty McFly de Joke

Arrive Rhum For Pauline avec une musique pop entraînante, les titres sont très sympathiques et attirent un peu de publique. De mon côté, je lutte avec un éclairage pas franchement idéal, des lumières rouges, violettes, parfois bleues ou jaunes mais toutes dirigées sur le public ! Je ne suis pas un spécialiste de photo de concerts mais là, je galère pour shooter convenablement. Tant pis je fais avec… En tout cas, je découvre le groupe avec un certain plaisir.

Rhum For Pauline sous cette lumière violette du plus belle effet !

Le set se termine, je reste un peu dans la salle pour de demander si on ne peut pas ajouter des lumières sur les artistes, on trouve une solution avec deux petits éclairages jaunes en espérant que ça puisse m’aider parce que l’AF du 5D MkII n’est pas celui d’un 5D MkIII ou d’un D4 !

A ce moment précis qui se présente dans la salle alors que je n’ai pas le boîtier avec moi ? Sébastien Tellier en personne (madame mixera juste à côté un peu plus tard…) et ne restera que quelques secondes. On m’explique qu’il y aurait des chances qu’il fasse un petit passage sur scène. Là j’avoue que la surprise est de taille XXL ! Finalement il ne jouera pas et je n’aurai pas eu ma photo, tant pis…

C’est l’heure d’accueillir Hyphen Hyphen, encore un groupe que je découvre. L’entrée sur scène est travaillée, Line, Puss et Zak sont tous maquillés et commencent à jouer un gros son qui m’accroche tout de suite. Santa la chanteuse, arrive et à partir de ce moment là, ils nous offrent un set de toute beauté, ils mettent une énergie incroyable à jouer leurs titres, ça bouge et ça saute dans tous les sens. La salle se remplie tellement que ça envoie du gros son (décalage total avec les autres salles du casino !) et tout le monde est en transe. La découverte de la soirée. D’ailleurs à la fin du concert, nous achetons les deux EPs avec une petite dédicace sur le dernier sorti. On retrouvera le groupe plus tard dans la boite Le Baron.

Hyphen Hyphen envoie du lourd !!

D’ailleurs Lionel qui s’occupe de la boite, nous invite à rejoindre Amandine de la Richardière (madame Tellier pour ceux qui ne le sauraient pas encore) et Stéphane Bourbon de Penthièvre tous deux membres du collectif  Tête d’Affiche. Le plus amusant est de se retrouver dans cette boite en short basket et de pouvoir se balader comme on veut. Un moment amusant car totalement imprévu. Amandine et Stéphane sont deux personnes très cool, leur mix sont vraiment top, la piste est blindée et l’ambiance festive. Arrive les membres de Joke, Rhum For Pauline et d’Hyphen Hyphen à côté des platines et à ce moment là, c’est de la grosse folie que je ne peux vous raconter tellement il fallait le vivre !

Amandine de la Richardière aux platines

Stéphane Bourbon en plein mix…

Il est 5h du matin, nous décidons de rentrer dormir avec un sourire coincé sur nos visages tellement cette première soirée qui partait tout doucement, c’est terminée en apothéose ! Ça promet pour la journée et soirée de samedi…

Le samedi, nous faisons abstraction du Kite-Surf et de la plage pour nous reposer. Tant pis pour les photos de sport, je m’en remettrais. Comme ma petite famille nous a rejoint, nous restons la journée tranquille à jouer du ukulélé (d’ailleurs ça nous réveille et nous met une pêche d’enfer à force de s’éclater sur des reprises). Il est déjà l’heure de retourner sur Cabourg et vivre encore une chouette soirée. On avale un morceau rapidement car la brume de mer s’invite plus rapidement que prévu et avec elle une certaine fraicheur s’installe.

Une fois dans la salle, le public arrive enfin mais vraiment peu nombreux (c’est vraiment dommage), l’organisation décale les horaires encore une fois mais décidément, peu de personnes rentrent même si il y en a plus que la veille. Ce soir, les trois groupes à l’affiche sont : Granville (pop française), Le Spark (Rock & Roll très 70’s) et après un changement de programme,  Superpoze conclut la partie live.

Granville ouvre le spectacle et nous offre un superbe set, nous sommes revenus dans les années 50 / 60, leur musique est idéale pour un road-trip. A écouter sans modération ! Hélas, je me retrouve une nouvelle fois confronté à ces éclairages qui me rendent la tâche difficile mais comme pour la veille, je fais avec…

Granville et sa pop française très 50’s

Arrive Le Spark, là tout de suite on change à nouveau de décennie et de registre pour vivre pendant les 70’s ! Le groupe livre un gros son digne de Led Zeppelin et autres grands noms du Rock & Roll. Je ne connaissais pas du tout et je suis super content de les découvrir dans cette petite salle. Ils nous livrent des bons morceaux à coup de gros riffs de guitares au plus grand plaisir du public qui s’est enfin approché de la scène et qui en redemande ! A écouter absolument.

Le Spark face au public du festival…

On termine la soirée sur de l’electro avec Superpoze. Ce DJ de 20 ans déchire tout ! Franchement j’ai adoré son set et son jeu de scène. Je regrette juste qu’il n’ait pas eu une salle comble parce qu’il aurait pu mettre la foule dans un état digne d’un live de FatBoy Slim et je sais de quoi je parle pour l’avoir vécu ! Ce gars est à suivre car il promet vraiment.

Superpoze nous délivre un pur son electro…

De notre côté, nous arrêterons là car trop crevés de la veille et nous n’irons pas à l’after pour Beataucue, Korgbrain et le Paradoxe Animalier. La fatigue a eu raison de nous mais nous en garderons de très bons souvenirs…

C’était la première édition du festival, il y a eu des ratés et sûrement un gros couac au niveau de la communication de l’événement mais je suis persuadé que ces erreurs seront corrigées pour la seconde édition de l’an prochain. En tout cas, le concept est intéressant et je suis sûr d’y retourner alors rendez-vous dans un an ! Je tiens à remercier Romain et son staff pour leurs accueils et leurs gentillesses en plus d’avoir créé un festival au concept très sympa, qui mérite de grandir et de devenir incontournable.

A l’année prochaine…

2 notes + Add comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.