Rencontre de la confrérie des Fripe-Douzils

Rencontre de la confrérie des Fripe-Douzils

Reportage photo du 62ème chapitre de la Saint-Vincent

Le weekend du 25 et 26  janvier, j’ai suivi le groupe Les Ouf du Dyjau invité pour le 62ème chapitre de la Saint-Vincent par la confrérie des Fripe-Douzils à Ingrandes-de-Touraine pour chanter quelques uns de leurs titres lors des nouvelles intronisations. Ayant été convié à l’improviste, je me suis dit qu’il serait intéressant d’y faire un reportage étant curieux de savoir comment se déroulait cette cérémonie en plus de profiter des chants de marins au fin fond d’une cave.

Pour la petite histoire et vous mettre dans l’ambiance, la confrérie des Fripe-Douzils aussi accueillante que conviviale, existe depuis 1952 à Ingrandes-de-Touraine. Elle vous emmène en parade dans les vignes sur les pas du grand maître Rabelais sur les hauteurs du Mont Sigou. Ce fameux Mont façonné par Gargantua lui-même pour célébrer à l’aide d’un tonneau de vin rosé local, le Saint patron du jour qui n’est autre que Saint-Vincent. S’en suit un retour dans la bonne humeur jusque dans la cave de la confrérie pour déguster un bon repas avant de découvrir les joies des intronisations…

la confrerie sur le mont sigou

C’est le vendredi 24 en fin d’après-midi que Fred et Alanig passe me chercher pour rejoindre le reste du groupe à Ingrandes-de-Touraine et déguster du bon vin de Bourgueil. Nous arriverons chez Abel vers 22h30 pour apprécier un bon repas arrosé de bons vins. Nous sommes à même le domaine NAU Frères et il faut savoir que ce domaine familial se situe sur les premières terrasses de Bourgueil. Ils produisent des vins typés souvent cités dans les guides pour leurs arômes intenses et leurs grandes souplesses. Les vendanges se font manuellement et pour respecter la tradition chez les Nau, il n’y a pas de levurage. Une fois le repas terminé, le groupe entame une bonne partie de son répertoire et je finirai même par sortir le ukulélé et les accompagner sur quelques morceaux histoire de me faire à l’idée de jouer à nouveau avec eux le lendemain mais devant un public. 3h30, ça passe trop vite et il est temps pour nous d’aller dormir car la journée du samedi va être très chargée…

marc en plein chant

fred au diatonique, bernard au chant et abel qui profite du moment

bernard au diatonique, Christophe a la guitare, alanig au vilon et moi-même au ukulele

Samedi matin, le réveil est un poil difficile, nous arriverons avec un peu de retard mais on garde le sourire sachant qu’il s’agit du grand jour. Direction le Clos du poète pour rejoindre la confrérie. Une fois sur place, celle-ci file à la messe pendant que de notre côté nous resterons tranquillement à déguster un premier verre de rosé accompagné de pâté. Je sais, il est tôt mais difficile d’y résister ! Finalement après quelques portraits de Marc et Bernard réalisés avec le boîtier qu’une marque m’a gracieusement prêté pour un test (qui sortira le mois prochain), nous rejoignons la confrérie à la sortie de l’église pour commencer la traversée de la commune jusqu’au point culminant du Mont Sigou. Je profite pour faire des photos de ce petit monde sous une fine pluie. C’est une fois arrivé en haut et que la statue de Saint-Vincent posée au milieu des vignes que le soleil se décide à se montrer. S’agit-il d’un signe ? En tout cas, il est le bienvenu… Une fois le discours du grand maître énoncé et le tonneau de vin rosé terminé, tout le monde redescend à pied direction la cave.

marc et bernard prennent la pose

saint vincent

direction les vignes

le sourire est sur les levres

saint voncent en haut du mont sigou

marc entame un morceau

pendant le discours du grand maitre...

...on sert a boire.

ambiance

ambiance

ambiance

fred et christophe

direction la cave et en musique

saint vincent suit

on arrive

je suis bien accueilli par francois

jeze et ses dames
Je découvre ce lieu relativement grand dans lequel nous resterons jusque tard dans la soirée. Nous nous installons à nos places respectives et le groupe attend que tout le monde soit assis pour monter de la voix car dans une cave, il faut du coffre pour être entendu ! Les convives sont enchantés, tout se passe à merveille. La journée file et le moment tant attendu des intronisations arrive. Toute la confrérie est appelée sur l’estrade et c’est tour à tour que le grand maître présente le grand cérémoniste, le grand scribe, le grand bailli, le grand échanson, le grand tire-bouchonnier, le grand caviste, la grande parementière, le grand intendant et le grand argentier avant de nous faire un discours pour annoncer les nouveaux (obligatoirement parrainés par les anciens). Le grand maître appelle donc les nouveaux par trois ou quatre, c’est amusant de les voir boire le vin dans un si grand verre ! Heureusement depuis quelques années, la décision de ne servir qu’un fond plutôt qu’une bouteille entière par verre est des plus raisonnable. Imaginez vous descendre une bouteille pleine !! Certains anciens l’ont vécu et les anecdotes sont assez folkloriques…

ambiance

la fameuse cave

le groupe joue...

et les convives apprecient.

ambiance festive

quelques bouteilles du coin

petite improvisation

ça chante aussi dans le fond
Arrive l’appel de Christophe et Alanig, les derniers membres du groupe. Bon je m’en doutais et j’avoue attendre l’instant des verres pour les photographier. Sauf que je suis appelé également alors je me retroune vers le groupe qui rigole, Fred me prend le 5D pour immortaliser tout ça. La surprise est immense car je ne m’y attendais pas du tout. Bien évidemment, je vous le mets dans le mille, les verres seront cette fois-ci bien remplis au-dessus de la moitié à la demande du groupe. Ça ne paraît pas comme ça mais nous devons boire une demi-bouteille de très bon rouge quasiment cul-sec ! La personne nous accompagnant subit le même sort. Les verres vides, Yvette Nau notre marraine et grande Parementière, nous remet nos brevets reçus finalement sans trop de mal et du premier coup puis nous faisons serment de ne boire que du Bourgueil (chose faite depuis).

la confrerie se prepare

yvette notre marraine

analyser la taille du verre...

quand il faut y aller, faut y aller...

buvons ce verre tous ensemble

le serment

brevet en mains

Pour fêter ça, le groupe repart pour quelques titres de leur répertoire et j’en profite pour les accompagner au ukulélé. Les convives en redemandent, on passe d’un traditionnel Pique la Baleine à Dirty Old Town des Pogues dans une sacrée ambiance. la soirée se termine, je suis heureux d’avoir vécu un tel moment avec des gens d’une très grande gentillesse.

yvon et bernard en plein chant

alanig et jeze mettent l'ambiance

on trinque en famille

votre serviteur au uke

solo de bernard

Je tiens à remercier la confrérie des Fripe-Douzils pour leur savoir-vivre et Les Ouf du Dyjau de me faire vivre cette belle aventure avec eux ainsi que Béatrice qui a su dompter le 5D II (après quelques explications) pour pouvoir me prendre en photo !
Vivement le 63eme chapitre !!

2 notes + Add comment
  • cathy et yvon

    on 6 février 2014  18 06 31 02312

    bravo,ton reportage reflète bien l'ambiance à INGRANDE DE TOURAINE yvon beauve

    • cgphoto

      on 6 février 2014  18 06 33 02332

      Merci Yvon, je tiens à vous remercier tout particulièrement de m'avoir convié. C'était génial à vivre !!

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.